Le microbiote, microbiote intestinal ou aussi connu sous le nom de flore intestinale, est un écosystème complexe et dynamique composé de milliards de micro-organismes vivant principalement dans notre intestin. Ces micro-organismes, qui comprennent des bactéries, des virus, des parasites et des champignons, jouent un rôle crucial dans notre bien-être général et notre santé. Voyons aujourd’hui comment en prendre soin naturellement pour former une équipe du tonner !

Comprendre le microbiote

Le microbiote n’est pas seulement une simple collection de micro-organismes. Il est un véritable organe aux multiples fonctions. Il participe à la digestion des aliments, à la production de certaines vitamines, à la protection contre les agents pathogènes et à la régulation du système immunitaire. De plus, de récentes recherches ont révélé une interaction entre le microbiote et le cerveau, ouvrant la voie à des implications potentielles dans des troubles tels que l’anxiété et la dépression.

Cet environnement est en perpétuel changement. Il est également unique à chacun. Il se comporte comme une empreinte digitale. Il commence à se former dès notre naissance via le mode d’accouchement. Si nous avons commencé notre vie par voie basse, nous avons été en contact par les bactéries de la mère, ce qui va nous “enrichir”. Puis, l’alimentation va avoir un grand rôle dans la population de nos chers intestins. Plus notre alimentation sera variée, plus elle sera biologique, plus elle sera brute, plus nos bactéries seront heureuses et nous le rendra bien. 

Il va pareillement être affecté en fonction de notre mode de vie, partenaire.s, stress, transit, maladies.. Eh oui, tout ça va permettre d’enrichir ou d’appauvrir nos petits habitants, car effectivement, c’est un vrai écosystème !

Je dirai même bien plus qu’un simple écosystème, il s’agit véritablement d’une symbiose. Dans les prochaines années qui va arriver, il devrait même être considéré, sans doute, comme un nouvel organe au vu de son poids. Bactéries, virus, champignon, représentent quand même entre 1-5 kg de notre poids. Impressionnant non ?

 

Virus, champignon, bactérie, qui colonise nos intestins, n’ayez pas peur. Ils nous veulent du bien. Sans eux ou avec un dérèglement, ce serait là où ce serait plus problématique, et nous y reviendrons un peu plus tard.

Comment est-ce que ça pourrait être positif d’avoir autant d’éléments dans nos intestins, peut-être pensez-vous ? Eh bien simplement, car ils vont recouvrir la surface de nos intestins et empêcher les éléments pathogènes (eux, ce sont les méchants) de nous poser problèmes. En plus de servir de vigile, ils vont également être des messagers en cas d’intrusion pour appeler des renforts (globules blancs) pour diriger vers les sorties les responsables de la maladie avant même qu’ils puissent s’y installer. Sympathique non ?

 

Et puis, en plus de stimuler notre système de défense immunitaire, il permettrait aussi d’aider les personnes souffrant du syndrome du côlon irritable (SSI).

 

De récentes études ont par ailleurs démontré qu’un microbiote non optimal serait une cause d’obésité. Le fait de manquer de certaines bactéries, permettent de moins bien absorber les nutriments, avoir donc des apports déséquilibrés et engendrer une prise de poids. Si vous êtes intéressé.e par le sujet, la source est en bas de l’article.

 

Selon des bruits de couloir, il serait même responsable d’envie sucré, de dépression, de nos gouts alimentaires… Les recherches ne font que commencer et les résultats vont être fou et va changer la donne !

 

Mais, comment savoir si mon microbiote préféré va bien ?

 

Ballonnement, mauvaise digestion, prise de médicament, prise de poids, stress, alimentation industrielle, peut-être que votre microbiote est déséquilibré. Pas de stress, il se régénère en 24h, ouf !

Voyons un peu plus bas comment lui rendre un peu service et le stimuler pour notre plus grand bien.

Comment prendre soin de votre microbiote ?

Prendre soin de votre microbiote signifie essentiellement nourrir les bonnes bactéries et inhiber la croissance des mauvaises. Voici quelques conseils pour y parvenir :

 
  1. Adoptez une alimentation diversifiée et équilibrée : 

 Les fibres alimentaires sont particulièrement bénéfiques pour les bonnes bactéries. Consommez une variété de fruits, de légumes, de céréales complètes, de légumineuses et de noix. Si vous souhaitez savoir comment en trouver davantage, un article y a été consacré ici

Sachez que les aliments fermentés, comme le yaourt et la choucroute, sont également recommandés. Votre microbiote va l’adorer ! 

 
  1. Limitez la consommation d’aliments transformés : 

Ces produits contiennent souvent des additifs qui peuvent perturber l’équilibre du microbiote. Il en est de même pour les édulcorants. 

Les chercheurs se posent la question sur l’impact que ces derniers pourraient avoir sur nos bonnes bactéries. Ils se pourraient qu’ils ne soient pas innocents que cela. 

Alors dans le doute, respectons le principe de l’équilibre alimentaire, mangeons de tout avec modération. Comme dirait Paracelse, pionnier de la médecine au 16ᵉ siècle “Tout est poison, rien n’est poison : c’est la dose qui fait le poison”.

 
  1. Pratiquez une activité physique régulière :

L’exercice peut favoriser la diversité du microbiote. Grâce aux potentielles contaminations qui pourraient être bénéfiques, mais de plus pour la diminution du stress et des hormones du plaisir.

 
  1. Évitez une utilisation excessive d’antibiotiques :

Ils peuvent détruire les bonnes bactéries en plus des mauvaises. Si votre médecin ne le fait pas spontanément, demandez-lui d’inclure dans sa prescription une boite de probiotique. D’ailleurs, la devise « Les antibiotiques, ce n’est pas automatique » vient en grande partie de cette raison.

 
  1. Probiotique, Prébiotique et autres : Indispensable ? 

Tout dépend la cause finalement. Si vous avez eu une maladie importante ou qui a nécessité une prise d’antibiotique, alors oui, peut-être.

 

Mais d’abord, voyons la différence entre les différents types proposés !

 
 

-> Probiotique = Ils vont protéger l’intestin le temps de leurs passages, mais ne vont pas s’implanter.

 

Ils sont malgré tout utiles, car ils vont : 

  • modifier, le temps de leurs passages, l’équilibre microbien,

  • faire compétition avec les microbes pathogènes (ils vont simplement prendre leurs places)

  • Améliorer la barrière intestinale en stimulant la production de mucus

  • Améliorer le système immunitaire

  • Réguler la motricité gastrique (en gros les contractions de votre intestin ou péristaltisme pour briller en société)

  • Digestion du lactose

  • Vidange gastrique..

     

Ils pourraient être utiles en cas de

  • Gastroentérites ;

  • Diarrhées associées à l’antibiothérapie ;

  • Diarrhées du voyageur ou tourista ;

  • Maladies inflammatoires du colon ;

  • Intestin irritable ;

  • Intolérance au lactose ;

  • Infection à Helicobacter pylori ;

  • Infections respiratoires hivernales ;

  • Infections urinaires récidivantes ;

  • Infections gynécologiques ;

  • Prévention de l’eczéma du nourrisson.

     

Sommes-nous obligés d’en acheter à la pharmacie ?

La réponse est non ! Les aliments nous procure initialement touuuut ce qu’il nous faut. Si vous ne me connaissez pas et que vous me découvrez par ce blog, voici ma devise : La nature est notre meilleur allié pour préserver notre santé !

Les aliments fermentés sont déjà une source intéressante de probiotique naturel : Yaourt, kéfié, miso, choucroute crue et autres légumes lactofermentés !

 

-> Prébiotique = Substances qui vont permettent de nourrir les bactéries protectrices déjà présentes. 

Je visualise les prébiotiques comme des petits flocons pour nourrir les poissons. À chacun sa manière de retenir les choses ..

 

Pourquoi faire :

  • Modulation de la composition

  • Modulation de la composition et de la fonctionnalité du microbiote ;

  • Fabrication d’acides gras courte chaine bénéfiques ;

  • Stimulation de l’immunité ;

  • Nutrition des cellules coliques ;

  • Régulation des neurotransmetteurs ;

  • Modulation du bilan lipidique ;

  • Prévention du cancer colique ;

  • Augmentation de l’absorption du calcium et du magnésium

     

Sommes-nous imposés d’en acheter à la pharmacie ?

La réponse est non ! Eh oui, encore. 

L’alimentation équilibrée est déjà une source énorme de nutriment pour le microbiote. Que ce soit par les légumes : artichaut, asperge, oignon, ail, chou, topinambour, les produits laitiers, les fruits… En bref, par toutes les familles des fibres, qu’elles soient solubles ou insolubles (décidément, si vous ne savez pas ce que c’est, je vous invite vivement à voir cet article).

Les prébiotiques vont être alors très intéressants pour la constipation. Ils peuvent cependant provoquer des flatulences. Nous pouvons donc favoriser la prise le soir, en adaptant progressivement la quantité.

 

 

-> Symbiotique : Mélange comprenant des micro-organismes + leurs nourritures

Forcément, via les deux processus, les résultats sont plus intéressants !

Idéal pour le traitement du surpoids et obésités, diabète, stéatose hépatique, intestin irritable etc…

 

Devons-nous forcément en acheter ?

Hum, toujours pas.. Patience est mère de vertus ! 

En respectant l’équilibre alimentaire, et si vous voulez vraiment stimuler tout ça en prenant un peu de psyllium blond, vous avez déjà ce qu’il faut. L’avantage, c’est la ré-éducation sur le long terme, plutôt que de prendre une pilule pendant 3 mois et retrouver une hygiène de vie en faveur d’un dérèglement de son cher microbiote .. Mais ça, libre à vous de faire le choix qui vous semble le plus juste et le plus adapté.

 

 

-> Postbiotique : Comprends toute substance libérée ou produite par l’activité du micro-organisme. 

Pour visualiser et faire dans le glamour pour changer des intestins, vous prenez une bouteille, vous mettez pleins de choses qui permettent de sentir bon, vous laissez reposer le tout et laisser interagir les différents composants entre eux et vous appuyer sur le diffuseur (pour que ce soit clair, j’imaginais un parfum). Vous récupérez le pschit dans les airs et vous obtenez le postbiotique.

 

Cependant, c’est assez récent et mériterez d’avoir des études plus poussées.

Il aurait des propriétés antibactériennes, stimulant du système immunitaire, anti-inflammatoire, antioxydants, anticancéreuse..

 

-> Transplantation fécale : Bon, là tout est en dans la phrase.. Vous comprenez peut-être plus mon histoire de parfum juste avant. Pas besoin de dessin.. Voilà voilà.

C’est une méthode d’intervention qui est d’actualité en France uniquement pour les colites infectieuses qui sont graves et résistantes au traitement médical où la transplantation est quand même à 90% de réussite.

Plus tard, espérons-le, elle pourrait être bénéfique pour l’obésité, les maladies inflammatoires du colon, l’encéphalopathie hépatique, les maladies auto-immunes, les maladies neurologiques, RCH etc. Les essais cliniques sont en cours.

Les bienfaits d’un microbiote en bonne santé

Un microbiote sain a de nombreux avantages pour la santé. Il peut aider à prévenir et à contrôler diverses maladies, notamment les troubles gastro-intestinaux, l’obésité, le diabète de type 2 et certaines maladies cardiovasculaires. Il contribue également à une meilleure santé mentale grâce à l’axe intestin-cerveau. 


En outre, un microbiote sain peut renforcer le système immunitaire, améliorer la digestion et l’absorption des nutriments, et même améliorer la qualité du sommeil. 


En conclusion, le microbiote est un allié précieux pour notre santé. En le nourrissant correctement et en adoptant un mode de vie sain, nous pouvons favoriser son équilibre et profiter de ses nombreux bienfaits !